1 avril, 2015

Historique

Le Château actuel se trouve sur une motte castrale (rehaussement de terre important, naturel ou aménagé par l’homme) où il ne reste presque plus rien du « Castrum » (ouvrage bâti) reçu en dot par Régine de Goth (nièce de Bertrand de Goth, prélat diplomate et juriste éminent, il sera élu en 1305 Pape Clément V – 1305 ) lors de son mariage avec Bernard de Durfort le 19 Mai 1289.

En 1466 Jean de Grossolles nouveau propriétaire, possède environ 8.000 hectares de terre dont 2.000 sont cultivés. Il décide de construire un château neuf, et convoque pour cela, en 1469, un maçon limousin du nom de Jean de Cazanove qui établit un ” bail à ouvrages ” : ….

Il s’engage à construire en deux ans, un corps de logis de deux pièces et un donjon (aujourd’hui la tour d’escalier), moyennant : ” 241 écus d’or, 50 mesures de blé, 21 pipes de vin rouge, bon, pur, naturel et marchand, 3 pipes de piquette, 5 vaches convenables, 7 porcs âgés de 2 à 4 ans, des paires de poules, de canards et d’oies, des douzaines d’œufs (payable par deux fois à la Saint Barthélemy et le ravitaillement au fur et à mesure des besoins) “.

couverture_noailles_iiEn 1535, le fils de Jean de Grossolles, Barnard va agrandir le château. C’est Georges Dauzière lui aussi maçon limousin, qui sera chargé des travaux.

Sur les deux pièces restantes du Château XIIIème, il surélève les murs sur 3 niveaux et rajoute une énorme tour de 12 mètres de diamètre.

À la suite de cette construction, il va aussi agrandir l’église, consacrée en 1545 (suppression du mur entre la petite tour salle XIIIème et l’ancienne église).

La Maison de Grossoles, dont les seigneurs de Flamarens sont une branche, est une des plus considérables et des plus distinguées dans la province de Guyenne, où elle a possédé des emplois et des dignités très honorables, ecclésiastiques et militaires, et pris des alliances avec les maisons les plus illustres du royaume.

Parmi cette lignée célèbre, certains personnages ont marqué leur temps ;

– Jean de Grossoles, le premier occupant du château de Flamarens, est celui qui y entreprend la construction du château en 1466.

– Un siècle plus tard, en 1545, Herrard de Grossoles, élu évêque de Condom en 1521, est à l’origine de la construction de l’église de Flamarens. Qualifié de grand bâtisseur, c’est à lui que l’on doit l’achèvement des travaux de la cathédrale de Condom ainsi que la réalisation du cloître, sans compter de nombreuses chapelles dans son diocèse.

– On remarque, en 1560, Renaud de Grossoles, sénéchal des pays de Marsan, puis sénéchal des Tursan et de Gavaudan, gouverneur de Mont-de-Marsan et chevalier de l’ordre du Roi. Le Roi Henri III lui écrira plusieurs lettres en citant cette distinction.

– En 1609, un autre Jean de Grossoles épouse Françoise d’Albret, cousine d’Henri IV.

À la suite de cette alliance, la branche des Flamarens est rattachée à la branche des Bourbons et les Grossoles de Flamarens sont autorisés à porter ” écartelées ” dans leur blason, les armes de France.

– En 1641, Antoine Agesilias de Grossoles est célèbre pour avoir été l’amant de mademoiselle de Montpensier.

– Quelques années plus tard, François Gaston de Grossoles, quant à lui, doit sa renommée à son exil en Espagne pour cause de duel.

Une réflexion au sujet de « Historique »

  • restauration impressionnante de qualité et d’authenticité : murs, plafonds à la française reconstitués, sols…etc…
    le propriétaire est un passionné qui sait faire vivre son monument. Nous avons eu la chance d’une visite “privée” à deux, qui a été un merveilleux moment d’échange.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *